• Annie CORDY

    L'artiste belge, Léona Cooreman, après une période de silence, revient sur le devant de la scène en 1998. Elle a 70 ans et vient de sortir son livre autobiographique. Elle se produit même au "Queen" pour chanter ses tubes lors des soirées années 80. En 2004, le roi des belges, Albert II, l'élève au rang de baronne. Puis, elle tourne dans le film de Nadine Monfils, "Madame Edouard". Où elle tient le rôle de la mère du commissaire Léon, alias Michel Blanc. Dès lors, son carnet est plein. Elle entame une tournée qui se conclue par un arrêt à l'Olympia à partir d'avril 2005 jusqu'à mars 2006. Puis, à la rentrée de la même année, elle se produit sur les planches parisiennes en remplaçant Jacqueline Maillant dans la pièce de Barillet et Gredy, "Lily et Lily". Ce qui lui permet de partir en tournée jusqu'en 2007. Cette même année, elle est saluée par la critique pour son rôle dans " Le dernier des fous", et intègre la tournée "Age tendre". Puis, de nouveau le cinéma dans le rôle de la mère de Didier Travolta (alias Franck Dubosc) dans le film "Disco".

    Danyel GERARD

    Gérard Daniel Kherlakian débute sa carrière fin 1958 en même temps que Claude Piron, alias Danny Boy. Mais, deux ans plus tard, c'est l'appel sous les drapeaux et l'Algérie. Johnny Hallyday en profite pour le détrôner et s'imposer. A son retour, en 1962, une nouvelle carrière s'ouvre à lui : Le twist. Il en devient le roi. Ses tournées avec les Fantômes, les Danger's et les Champions sont un triomphe et  les tubes discographiques s'enchainent. Les siens, mais aussi ceux qu'il écrit pour les autres. Les vendanges de l'amour pour Marie Laforêt et Fais-la rire pour Hervé Vilard. Pour ne citer qu'eux. A partir de 1964, il se fait plus rare mais n'en a pas moins abandonné la musique. Il monte Dany Music, sa maison d'édition, ainsi que les disques PDG. Il réapparait fin 1969 avec un enregistrement inédit en duo avec Jacques Brel, mais surtout avec le titre : Butterfly. Une réapparition Ô combien marquante parce qu'à elle seule, cette chanson c'est vendu à plus de 13 millions d'exemplaires. Les années 70 lui sont aussi favorable. Et en 1973, il fonde la maison de disque Gipsy et enchaine les tubes. Après deux superbes albums en 1980, Danyel fonde sa propre radio en 1981 : Music Box, et se met provisoirement à l'écart afin de la gérer au mieux. Dix ans plus tard, retour sur le devant de la scène avec l'album Good or bad. Ce sera son dernier. Il se retire pour s'occuper, par le biais de sa radio, à la découverte de jeunes talents et à la musique country. Sortant des compilations de temps à autre. Au printemps 2007, Danyel Gérard fait son grand retour via la tournée Age tendre. Puis, en 2008, il fait un écart par  Le Country Music Show en participant à leur grande tournée de musique country. Il entame aujourd'hui sa deuxième saison avec les idoles.

     

    Bobby SOLO

    Roberto Satti, alias Bobby Solo, n'a jamais cessé de faire parler de lui dans le milieu du showbiz. Même s'il met entre parenthèse sa carrière de chanteur, entre 1972 et 1976. Non pas que son talent ou la vente de ses disques en ai pris un coup, mais tout simplement pour installer à Rome un studio d'enregistrement sur la Via Aurelia". Il en profite également pour créer LOVE, un nouveau label discographique et devient ainsi producteur. Durant la décennie suivante, il est l'interprète de nombreuses musiques de films à succès tout en continuant de se produire au festival de San Rémo jusqu'en 2003 avec le titre "Non si cresce mai", qu'il interprète en duo avec Little Tony. On peut toujours entendre Bobby Solo, mais en concert uniquement, où ses multiples facettes de chanteur de, blues, jazz, country et bien sur rock, font toujours merveilles auprès des différentes générations de plus en plus grandissantes qui viennent l'applaudir.

    El TORO et les Cyclones

    A la base, il y avait Les Driftons. Une formation composée de Jacques Dutronc, Ady Kalafate, Farid Kaldi et le frère de Francis Huster. Le groupe côtoie Johnny Hallyday au Golf-Drouot. Ce dernier ayant décroché un contrat chez vogue, les veux comme musiciens pour sa tournée d'été sur la Côte d'Azur. Les parents refusent net et Johnny part sans eux. Mais le groupe ne se décourage pas pour autant. La chance leur sourira le jour où ils se rendront au Calypso, l'endroit où ils aimaient se retrouver. C'est là qu'ils font connaissance avec Daniel Dray qui se dit chanteur. Le courant passe. Le massif Daniel Dray, le chanteur. Ady Kalafate, à la guitare basse. Charles Bernarroch, le batteur. Jacques Dutronc, le guitariste solo. Voilà comment se composait le groupe bâptisé par la firme Vogue, El Toro et les Cyclones, en raison de l'imposante stature de Daniel et du punch qu'ils dégageaient. Après plusieurs essais musicaux dans divers endroits, le groupe enregistre son premier EP chez Vogue en 1961. Puis un autre en 1962. Mais sans Charles Bernarroch, passé chez Les Fantômes et remplacé par André Crudo qui était assistant chez Vogue. Mais avec une solide formation musical. A noter que ce dernier ne figura pas sur la pochette du second disque. Le succès aidant, le groupe est reconnu. Mais, à la fin de l'année 1962, les deux Jacques doivent effectuer  leur service militaire. Ady reforme le groupe avec : Jean-Pierre Delva, Bernard Ferraro, Bernard Pholtzer et Michel Pelé, et continue d'enregistrer. Mais le succès est moindre et le groupe fini par raccrocher. Ady continu un peu puis se retrouve assistant à la direction artistique chez Vogue, puis entrera dans la formation musicale de Jacques Dutronc avant de se lancer en solo. Cela ne marchera pas. Quelques temps plus tard, on le retrouve dans la publicité où il compose des jingles qui marchent toujours très fort aujourd'hui. André continuera d'accompagner quelques artistes comme, Françoise Hardy, Pétula Clark, Alain Barrière, Michel Delpech. Puis il finira par prendre du recul avec la musique pour se lancer dans la photographie et de devenir le photographe attitré du Golf-Drouot. Daniel à ouvert un magasin avec sa femme. Et Jacques, quant à lui, vous en savez autant que moi !

    VIC LAURENS

    Victor Laurent d'Arpa, alias Vic Laurens (1945), est issu d'une famille de quatre enfants : Tony, Victor, Etienne et Marie. La famille débarque à Paris en 1956 en provenance de Tunis, dans le 17è arrondissement puis à Créteil presque aussitôt. Vic baigne très tôt dans le rock'n'roll au son de Little Richard, Elvis Presley... De fil en aiguille, c'est tout naturellement que le chant s'impose à lui. En 1959 (à 14 ans !), il forme les Vautours. C'est à ce moment que Aldo, alors chasseur de musiciens pour Eddy Mitchell, tente de le persuader d'intégrer leur formation. Vic refusa mais lui présenta son frère Tony qui entrera dans le groupe. Dès 1960, les Vautours entamèrent la mode américaine des radio-crochets, et à l'automne ils remportent le concours organisé au stade de Créteil. Suite à cela, sa soeur Marie et la mère de Ange, le batteur du groupe, commencent à démarcher les maisons de disques. La première, Festival, fut la bonne et après une audition très enthousiaste, les parents de ce groupe de mineurs ont signé les contrats. C'est ainsi que les Vautours figuraient parmi les premiers groupes français en compagnie des Chats Sauvages, des Chaussettes Noires et des Pirates. Au bout de 7 disques, les Vautours se séparent fin 1962. Car à cette époque, il était courant de commencer avec un groupe et finir en solo. Après la séparation, Vic remplace son frère Tony (alors militaire) et intègre pendant un mois Les Chaussettes Noires pour la tournée en Algérie. A son retour, Vic fait la connaissance de Claude Dejacques qui avait une écurie (Brassens, Jacques Bodoin...) très à l'opposée du style de Vic, mais le courant passait bien et il lui fait signer un contrat en lui adjoingnant Lee Hallyday (qui s'occupait déjà de Johnny) comme directeur artistique. S'ensuit plusieurs 45 tours à succès dont Je ne peux pas t'oublier. Vic stoppe sa carrière en 1966 parce qu'il a décidé de fonder une famille et que son envie était passé. Il fait un retour éphèmère en 1973 avec un album pour la firme Decca sous le nom de Laurent Verlet, mais il reprend très vite le chemin de ses affaires de transit et transport aérien. Et en 1990 il fonde sa propre entreprise qu'il quittera 15 ans plus tard à sa retraite en 2005. Mais la musique, il ne l'a jamais vraiment quitté. Il a toujours joué de la guitare, et en 2003, à l'occasion de l'anniversaire d'un musicien de Vince Taylor (avec lequel il avait enregistré le 45 tours " Mais reviens moi "), c'est tout naturellement qu'il s'adonne à quelques morceaux. Il s'ensuivra quelques concerts avec un ami puis avec d'autres groupes et Danny Boy. Voilà donc comment s'effectua son retour.

    Aujourd'hui, Vic a retrouvé Johnny et Eddy à l'occasion d'une soirée musicale privée et se produit un peu partout pour notre plus grand plaisir.

    Les SURFS

    C’est à l’occasion de la tournée Âge Tendre, en 2008, que les Surfs et Dave son leader, sont revenus à leurs premiers amours, la chanson et la scène. Et l’engouement du public pour cette formation ne s’est pas démenti, il était aussi enthousiaste qu’il y a quarante ans…

    Il entend parler de la tournée en 2006, mais à cette époque, Dave n’est pas prêt à reformer le groupe. Quand la production de la tournée le contact, Dave, ancien instituteur fraîchement retraité, n’a plus de groupe mais a leur entière confiance pour le remonter. Il a déjà son idée mais sa seule crainte était de savoir si cette nouvelle formation serait aussi performante que le groupe original. Le défi à relever était énorme.

    C’est à Madagascar, encouragé par son épouse Johanna, qu’il entreprend « le recrutement familial ». Un travail de longue haleine parce qu’il lui a fallu se remettre dans le bain. Ses deux sœurs, Monique et Nicole étant décédées, pris par leurs obligations professionnelles et familiales Coco, Pat et Rocky n’étant plus disponibles … c’est avec son autre sœur, Isa que le groupe se compose en septembre 2007 et il était définitivement formé en janvier 2008. Se joignent à eux son cousin germain, Bruno, sa nièce Jackya et ses deux neveux, Mahenintsoa et Fidy qui ont depuis longtemps leur propre formation  de jazz et gospel. Tous des musiciens, chanteurs, arrangeurs, accompagnateurs et auteurs - compositeurs qui habitent Madagascar. Ils prennent pour nom Les Surfs 2008.

    Pour Dave la joie était à son comble. Le contact du public qui les attendait depuis des années,  plus tous les copains de cette folle décennie, l’on à nouveau décidé à faire parler de lui.

     

                                                                              



    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique