• Inch'Allah (1966) - SALVATORE ADAMO, AMALIA RODRIGUES

    Au sommet de sa gloire avec huit chansons au hit-parade en un an, Salvatore Adamo ne s'arrête pas là et continu de travailler. Préoccupé par les problèmes du monde, il écrit et enregistre Inch'Allah. Elle lui a été inspirée par sa vision d'une Jérusalem meurtrie par la guerre des six jours. A sa sortie, en 1967, la plupart des pays arabes condamnent cette chanson à connotation pro-israélienne, et la censure pendant dix ans.

    En dépit d’un titre et d’un refrain arabo-musulman, cette chanson, à tous point exceptionnelle, racontait Israël et Jérusalem, tels qu’ils pouvaient alors apparaître à un jeune visiteur européen : un pays fragilisé par la guerre. Une ville divisée entre l’Ancien et le Nouveau Testament.  On ne saurait exagérer l’impact que cette chanson eut sur les esprits, en France, et dans le monde en général. Si les opinions publiques européennes furent massivement du côté d’Israël quelques mois plus tard, pendant la guerre de juin 1967, cela fut en partie à cause d’elle. Et les juifs de France mêlèrent spontanément, au lendemain de l’épreuve et de la victoire, les paroles si vraies d’Adamo avec un nouveau refrain qui venait cette fois d’Israël et qu’une toute petite jeune fille, Shuli Nathan, chantait en hébreu : Yerushalayyim shel Zahav, Jérusalem, la Ville d’Or…

    Inch'Allah resta 8 mois dans le Top 10 et plus de 9 dans le Top 100 entre 1967 et 1968.  

    Salvatore Adamo
    INCH'ALLAH

    Paroles et musique: Salvatore Adamo, 1966


    J'ai vu l'Orient dans son écrin
    Avec la lune pour bannière
    Et je comptais en un quatrain
    Chanter au monde sa lumière

    Mais quand j'ai vu Jérusalem
    Coquelicot sur un rocher
    J'ai entendu un requiem
    Quand sur lui je me suis penché

    Ne vois-tu pas humble chapelle
    Toi qui murmure "Paix sur la terre"
    Que les oiseaux cachent de leurs ailes
    Ces lettres de feu: "Danger frontière"

    Le chemin mène à la fontaine
    Tu voudrais bien remplir ton seau
    Arrêtes-toi Marie-Madeleine
    Pour eux ton corps ne vaut pas l'eau

    Inch'Allah, inch'Allah
    Inch'Allah, inch'Allah

    Et l'olivier pleure son ombre
    Sa tendre épouse son amie
    Qui repose sur les décombres
    Prisonnière en terre ennemie

    Sur une épine de barbelé
    Le papillon guète la rose
    Les gens sont si écervelés
    Qu'ils me répudieront si j'ose

    Dieu de l'enfer ou Dieu du ciel
    Toi qui te trouve où bon te semble
    Sur cette terre d'Israël
    Il y a des enfants qui tremblent

    Inch'Allah, inch'Allah
    Inch'Allah, inch'Allah

    Les femmes tombent sous l'orage
    Demain le sang sera versé
    La route est faite de courage
    Une femme pour un pavé

    Mais oui j'ai vu Jérusalem
    Coquelicot sur un rocher
    J'entends toujours ce requiem
    Lorsque sur lui je suis penché

    Requiem pour six millions d'âmes
    Qui n'ont pas leur mausolée de marbre
    Et qui malgré le sable infâme
    Ont fait pousser six millions d'arbres

    Inch'Allah, inch'Allah
    Inch'Allah, inch'Allah


    INCH'ALLAH
    (nouvelle version)
    Paroles et musique: Salvatore Adamo, 2001

    J'ai vu l'Orient dans son écrin
    Avec la lune pour bannière
    Et je comptais en un quatrain
    Chanter au monde sa lumière

    Mais quand j'ai vu Jérusalem
    Coquelicot sur un rocher
    J'ai entendu un requiem
    Quand sur lui je me suis penché

    Ne vois-tu pas Humble Chapelle
    Toi qui murmures paix sur la terre
    Que les oiseaux cachent de leurs ailes
    Ces lettres de Feu Danger Frontière

    Mais voici qu'après tant de haine
    Fils d'Ismaël et fils d'Israël
    Libèrent d'une main sereine
    Une colombe dans le ciel

    Inch'Allah, Inch'Allah, Inch'Allah, Inch'Allah

    Et l'olivier retrouve son ombre
    Sa tendre épouse, son amie
    Qui reposait sur les décombres
    Prisonnière en terre ennemie

    Et par dessus les barbelés
    Le papillon vole vers la rose
    Hier on l'aurait répudié
    Mais aujourd'hui, enfin il ose

    Requiem pour les millions d'âmes
    De ces enfants, ces femmes, ces hommes
    Tombés des deux côtés du drame
    Assez de sang, Salam, Shalom

    Inch'Allah, Inch'Allah, Inch'Allah, Inch'Allah


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :