• 1960 - FRANCE

     

    1960, Londres, Royaume-Uni

    FranceRoyaume-UniMonacoAllemagneNorvègeBelgiqueAutricheItalieSuisseDanemarkSuèdePays-BasLuxembourg 

    A l'aube des années 1960, le concours Eurovision de la Chanson fait son entrée dans la ville qui symbolise la modernité, Londres, capitale du Royaume-Uni. Les 13 chansons qui composent le concours sont pourtant loin de représenter la nouvelle vague. Le Royal Festival Hall, cadre du concours, construit en 1951 pour accueillir le Festival de Grande-Bretagne, est en revanche grandiose. Avec une capacité d'accueil de 2 000 personnes, l'endroit restera longtemps l'espace le plus vaste jamais ouvert à l'Eurovision. La date de retransmission du Grand Prix est arrêtée au 29 mars 1960 et l'on sait qu'il s'agit là du dernier concours à se tenir en milieu de semaine.

    13 nations participent; un record. Si après un an d'absence, le Luxembourg fait son retour, la Norvège, elle, fait son entrée dans la compétition. Rétrospectivement, comparée au manque de réussite affiché par les Norvégiens au fil des années, cette première tentative était plutôt encourageante. Sans doute grâce au talent de Nora Brockstedt, adorable dans sa tenue de ski, et chantant avec conviction Voi-voi, l'histoire charmante d'une jeune fille s'adressant à son petit ami depuis le pied d'une montagne.

    Pour la seconde année consécutive, c'est le pays hôte qui ouvre les festivités. Looking high, high, high, écrit par John Watson, enseignant, raconte l'histoire d'un homme à la poursuite de son unique amour à travers monts et océans. Le titre bénéficie d'une mélodie superbe restituée avec talent par la voix de baryton de Bryan Johnson (frère de Teddy , représentant britannique du concours 1959). Revêtu d'un smoking noir, l'interprète se présente sur fond de ciel menaçant, décor typique de la morosité du ciel britannique, et finit sa prestation sous un tonnerre d'applaudissements de la part d'un public tout acquis.

    La Suédoise Siw Malmkvist entre à sa suite sur scène, une place qui ne lui porte pas chance puisque la chanteuse ne réussit qu'à récolter 4 votes et finit la soirée ex aequo à la 10è place. Ce qui est toutefois mieux que le Luxembourg qui termine dernier avec un seul et unique vote. Un échec cuisant, peut-être dû à l'interprétation de la chanson en luxembourgeois plutôt qu'en français.

    L'année 1960 marque le retour de Fud Leclerc qui, pour la troisième fois, chante pour la Belgique, représentant la population de langue française de son pays avec une ballade délicieusement mélancolique. Pour sa part, l'Autriche insuffle une touche de solennité au concours lorsque le célèbre chef d'orchestre Robert Stolz s'empare de la baguette pour diriger le morceau de sa composition, Du hast mich so fasziniert, chanté par Harry Winter, titre éminemment classique et froid. L'Autriche n'a pas visiblement encore su saisir l'âme de l'Eurovision.

    Bien plus légère, la chanson allemande interprétée par l'imposant Wyn Hoop a la particularité de porter un titre français, Bonne nuit, ma chérie. Manifestement consensuel, le morceau, au tempo boléro, fait l'unanimité ou presque puisque les Allemands terminent le spectacle à la 4è place, enregistrant ainsi leur meilleur résultat.

    C'est la France qui interprète le dernier titre de la soirée. Jacqueline Boyer, fille de Jacques Pills, classé dernier l'année précédente à Monaco, réalise une prestation de qualité qui entraîne l'adhésion de la majorité des juges. La bataille pour la place d'honneur se révèle néanmoins rude et pour la seconde fois, le morceau anglais échoue à décrocher la victoire même si, avec 26 votes en sa faveur, il surpasse les points acquis par la chanson de 1959, alors classée elle aussi deuxième du concours.

    Le scrutin connaît quelques ratés. Les 5 votes de l'Autriche en faveur de la France se changent ainsi en 7 sur le tableau des points. Devant un public qui applaudit à tout rompre chaque vote en faveur du Royaume-Uni, la maîtresse de cérémonie totalement excédée, Katie Boyle, réclame le silence. Qu'elle obtient illico ! Italienne installée à Londres depuis le milieu des années 1950, Katie Boyle présentera le Grand Prix 3 autres fois (1963, 1968, 1974), elle que l'on considère aujourd'hui comme la grande prêtresse de l'Eurovision !

    La gagnante du concours précédent, Teddy Scholten, remet le trophée de la victoire à Jacqueline Boyer. C'est la première fois que le vainqueur du concours de l'année passée est convié à la cérémonie et même si l'idée ne prend pas tout de suite, elle devient une tradition dès le milieu des années 1960.

    Résultats en Finale

    1er-  France (Tom Pillibi) JACQUELINE BOYER (32 pts)

    2è-  Royaume-Uni (Looking high, high, high) Bryan Johnson (25 pts)

    3è-  Monaco (Ce soir-là) François Deguelt (15 pts)

    4è=  Norvège (Voi voi) Nora Brockstedt

    et Allemagne (Bonne nuit, ma chérie) Wyn Hoop (11 pts)

    6è-  Belgique (Mon amour pour toi) Fud Leclerc (9 pts)

    7è-  Autriche (Du hast mich so fasziniert) Harry Winter (6 pts)

    8è=  Suisse (Cielo e terra) Anita Traversi

    et Italie (Romantica) Renato Rascel (5 pts)

    10è=  Suède (Alla andra far varan) Siw Malmkvist

    et Danemark (Det var en yndig tid) Katy Bodtger (4 pts)

    12è-  Pays-Bas (Wat een geluk) Rudi Carrell (2 pts)

    13è-  Luxembourg (So laang we's du do bast) Camillo Felgen (1 pt)

    (Le petit +)

    Le titre Tom Pillibi fut un véritable succès commercial, se classant 33è en Grande-Bretagne, 11è aux Pays-Bas et 6è en Suède. Jacqueline Boyer enregistra une version en allemand mais laissa à la star Julie Andrews le soin de sortir une version anglaise du titre. En 1991, l'artiste réenregistra le hit pour l'inclure à la compilation gravée sur CD de ses plus grands succès.

     

    5e Concours Eurovision de la chanson
    Image:ESC 1960.png
    Finale 29 mars 1960
    Présentateurs Katie Boyle
    Télédiffuseur hôte BBC
    Lieu Royal Festival Hall, Londres
    Royaume-Uni Royaume-Uni
    Chanson gagnante Tom Pillibi
    par JACQUELINE BOYER

    France France
    Nombre de participants 13

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :